Petit guide du PER à l’usage des professions libérales

« Heureux qui peut finir sa vie dans une douce retraite », disait le poète français Jean-Napoléon Vernier. On tarde à la voir venir et, lorsqu’elle pointe le bout de son nez, c’est la panique. Quoi donc ? La retraite, un épisode de vie que l’on a tendance à négliger lorsqu’on travaille à son compte... Pourtant, ce qui fait la force des travailleurs indépendants et, en particulier, des professions libérales, c’est justement d’être indépendants : libres et autonomes. Anticiper sa retraite, c’est mettre toutes les chances de son côté pour le rester ! Avocats, médecins, vétérinaires, pilotes, vous avez tout intérêt à préparer l’après avec le Plan Epargne Retraite. Quid ? Allez, on fait le point sur ce placement d’avenir…

Profession libérale : le douloureux passage à la retraite

Ce n’est pas un secret de Polichinelle, le niveau de vie des professions libérales a tendance à baisser violemment lors du passage à la retraite. Que vous soyez pilote, médecin, avocat ou infirmier, le départ à la retraite est synonyme de baisse de revenus. Les chiffres en attestent, lorsqu’il s’agit des professions libérales, le taux de remplacement - pourcentage de son ancien revenu que l’on perçoit à la retraite - est le plus bas parmi les cotisants du système de retraite par répartition. Résultat ? Les pensions de retraite sont très basses par rapport aux anciens revenus d’activité.

Plusieurs raisons expliquent cette faible retraite en profession libérale. D’abord, la plupart de ces métiers impliquent de longues études et entraînent un démarrage tardif de l’activité, donc un début de cotisation repoussé (surtout quand le jeune travailleur indépendant bénéficie de l’ACCRE). Ensuite, leur irrégularité de revenus, leur faible taux de cotisation à la retraite et le système par points plafonnés, les place de fait dans une situation moins confortable que leurs cousins salariés. Heureusement, cet état de fait n’est pas une fatalité.

Situation sociale fragile par nature, la retraite doit être anticipée, préparée. Vous ne vous en êtes pas encore préoccupé-e ? Rassurez-vous, il n’est jamais trop tard pour prendre son avenir en main !

Indépendants : anticipez la retraite avec le Plan Epargne Retraite !

Ces dernières années vous ont permis d’épargner ? Tant mieux ! Vous allez en avoir besoin pour votre Plan Epargne Retraite (PER), un nouveau dispositif de placement retraite flexible et ouvert à tous.

Plan Epargne Retraite : le nouveau dispositif ouvert aux professions libérales

Le projet de réforme des retraites a fait couler beaucoup d’encre. À cette occasion, les professions libérales ont pu réaffirmer leur volonté de maintenir un régime autonome. Même si la situation est aujourd’hui au statu quo, quelle que soit l’évolution du système des retraites, les travailleurs indépendants l’ont compris : il faut épargner en vue de pallier un taux de remplacement en baisse. 

Et c’est l’objet du Plan Epargne Retraite : encourager l’épargne des Français pour se constituer un complément de revenu dont ils pourront profiter le moment venu. Créé par la Loi Pacte du 22 mai 2019ce nouveau dispositif s’adresse à tous. Que vous soyez profession libérale, salarié, dirigeant, travailleur non salarié ou sans activité professionnelle, vous pouvez souscrire un Plan Epargne Retraite.

Le PER a également pour but de simplifier l’épargne retraite en regroupant trois produits en un. À lui seul, il prend donc la relève du PERP, de l’article 83, du PERCO mais aussi de votre contrat Madelin. Une harmonisation qui tombe à pic dans un monde du travail en pleine mutation où il n’est pas rare de cumuler plusieurs activités.

Les avantages du plan d’épargne retraite pour les travailleurs indépendants

C’est le point fort du Plan Epargne Retraite : assurer la continuité de l’épargne des contribuables tout au long de leur parcours professionnel. Voilà un avantage non négligeable en profession libérale. Vous êtes avocat et souhaitez travailler comme juriste en entreprise ? Ou orthoptiste en libéral, mais vous désirez passer salarié ? Votre PER en restera inchangé. Quel que soit votre statut professionnel, il n’y en a qu’un, pour tous, qui vous suit tout au long de votre vie. 

Autre avantage, le Plan Epargne Retraite est particulièrement adapté pour les contribuables soumis à une forte imposition, comme peuvent l’être les professions libérales. En effet, ses versements seront déduits de vos impôts. Ainsi, plus les revenus de votre activité libérale sont élevés, plus il est intéressant d’épargner pour la retraite…

Enfin, la flexibilité du Plan Epargne Retraite réside aussi dans son absence d’engagement quant au montant des versements. À l’inverse du contrat Madelin, qui implique le versement d’une cotisation minimale chaque année, sur votre PER, les versements sont libres. Un avantage qui permettra aux travailleurs indépendants, dont les revenus sont irréguliers, d’ajuster leurs versements librement. 

Indépendants : anticipez votre retraite !

Comment fonctionne le PER en profession libérale ?

Soyez rassuré, vous ne serez pas déboussolé. Ce nouveau dispositif adopte le fonctionnement classique des contrats d’épargne-retraite ou d’assurance vie. Vous avez donc la possibilité de choisir entre une gestion pilotée ou libre de vos placements et actifs. Ce choix dépend de votre âge et du niveau de risques (prudent, équilibré, dynamique) que vous êtes prêt à prendre. Seule nouveauté de ce côté ? Le Plan Epargne Retraite est engagé ! Parmi les différents supports, il doit obligatoirement contenir un fonds solidaire.

Sur le plan fiscal, il conserve aussi les mêmes avantages que votre ancien contrat. Vous avez donc toujours la possibilité de déduire vos versements annuels de votre revenu imposable, dans la limite du plafond légal (fixé en 2021 à 10 % des revenus professionnels de l’année 2020, dans la limite de 32 909 €).

Alors, qu’est-ce que ça change en profession libérale ? En ce qui concerne son fonctionnement et sa fiscalité, soyons sincère, pas grand-chose. En revanche, comparé au contrat Madelin, le PER vous offre un important gain de flexibilité puisqu’il vous permet de décider vous-même de la fréquence et du montant de vos versements. Un point non négligeable pour les travailleurs indépendants aux revenus sont irréguliers !

Comment ouvrir un PER quand on est profession libérale ?

Ça y est, vous êtes conquis ? Voyez, ce placement est parfaitement adapté à tous les profils, aussi variés soient-ils, des professions libérales. Bien, et maintenant, comment on fait ? Et que faire de son ancien contrat ? On vous explique.

Quand ouvrir un PER lorsqu’on est travailleur indépendant ?

Juridiquement, vous pouvez ouvrir un Plan Epargne Retraite quand vous voulez. Notez toutefois qu’il s’agit d’un placement de longue durée. Donc, plus le départ à la retraite est lointain, plus l’épargne investie est rémunératrice. L’idéal, en particulier pour un travailleur indépendant arrivé tardivement sur le marché du travail, est de le souscrire dès son entrée dans la vie active. Ainsi, il pourra verser des cotisations sur son plan d’épargne retraite tout au long de son parcours professionnel et en récoltera pleinement les fruits le jour de son départ à la retraite. Vous n’êtes plus débutant ? Pas d’inquiétude, il est encore intéressant d’ouvrir un Plan Epargne Retraite, mais retenez que le plus tôt sera le mieux…

Côté timing, notez aussi que, d'un point de vue fiscal, il est intéressant d’ouvrir un PER en début d'année. Cela vous permettra de déduire les sommes versées dessus tout au long de l'année, de votre revenu imposable l'année suivante. Vous auriez tort de vous en priver… 

Récupérer son épargne retraite Madelin : c’est facile !

Depuis le 1er octobre 2020, il n’est plus possible de souscrire un ancien contrat retraite. Le PER s’est substitué à ses ancêtres PERP, PERCO, article 83 et contrats Madelin. Vous disposez déjà d’un contrat ? Bonne nouvelle, vous pouvez les réunir dans un même placement. Tous sont transférables vers ce nouveau dispositif.

Il n’existe aucune restriction au transfert de votre ancien produit d’épargne retraite vers un Plan Epargne Retraite. Si vous n’êtes plus satisfait du gestionnaire actuel de votre contrat, rien ne vous empêche de le transférer vers un spécialiste du PER

Comment faire concrètement ? Il vous suffit d’adresser une lettre recommandée avec avis de réception à votre ancien gestionnaire de contrat qui est tenu de vous communiquer le montant de vos droits en cours sous trois mois. Votre nouveau gestionnaire est, quant à lui, soumis au devoir de conseil. Il vous informera sur les conséquences patrimoniales de ce transfert.

Transformer son ancien contrat Madelin en PER se révèle souvent un choix judicieux en profession libérale. Pourquoi ? Tout simplement qu’il parce présente le même fonctionnement, la flexibilité en plus. Versements libres, sortie en capital ou déblocage de l’épargne, tout est plus souple…

Le PER pour les professions libérales

Indépendants jusqu’à la retraite : débloquer le PER en toute liberté !

La grande nouveauté de la loi Pacte sur le Plan Epargne Retraite, c’est sans conteste la possibilité de sortir au choix : en capital, c’est à dire en disposant librement au jour de votre départ à la retraite d’une somme équivalente à vos épargnes, ou en rente viagère, si vous préférez percevoir chaque mois une somme fixe. Un choix qui vous revient en toute liberté ! Ah la liberté, ça vous parle non ? N’est-ce pas la corde sensible des travailleurs indépendants…

Auparavant, l’argent déposé sur votre contrat retraite était bloqué – presque sans exception – jusqu’à votre départ à la retraite, avec l’obligation d’en percevoir les fruits en rente viagère. Autrement dit, il n’y avait ni sortie anticipée, ni visibilité sur son niveau de vie à la retraite. Bonne nouvelle, le plan d’épargne retraite a fait sauter ces verrous !

Avec le PER, vous êtes bien plus libre. L’horizon de la retraite est le même. Mais vous avez la possibilité de recourir au déblocage anticipé. Cette option est envisageable dans deux situations : l’achat de la résidence principale ou en cas de coup dur (faillite, surendettement, invalidité ou décès de votre conjoint). 

Autre vent de liberté, que l’épargne soit débloquée en anticipée ou au jour de la retraite, la sortie est possible en capital et non plus seulement en rente viagère. Cette flexibilité n’est donc plus l’apanage de l’assurance vie. Avec le Plan Epargne Retraite, une fois retraité, vous serez donc libres d’entreprendre le projet qui vous plaît (voyage, travaux, achat de maison). En un mot, du début de votre vie active à la retraite, vous êtes et resterez totalement indépendant

En résumé :

  • Le Plan Epargne Retraite est un nouveau dispositif de placement retraite flexible et ouvert aux professions libérales
  • Les anciens contrats d’épargne-retraite peuvent être transférés sans difficulté vers un nouveau PER
  • Le Plan Epargne Retraite a l’avantage de vous suivre tout au long de votre vie professionnelle et les conditions de son déblocage sont bien plus flexibles.

Loin de séduire uniquement les professions libérales, le PER est déjà victime de son succès ! Selon les chiffres, en janvier 2021, plus de 1,24 million de Français avaient déjà succombé. Parmi ces ouvertures de contrats, on compte près de 150 000 transferts d’anciens contrats retraite. Un intérêt pour le Plan Epargne Retraite qui ne faiblit pas, bien au contraire.

Et vous, quand déciderez-vous de sauter le pas ?